Les pesticides et leurs effets néfastes

Vous êtes-vous déjà demandé comment les pesticides affectaient nos vies ? Ils peuvent faire plus de dégâts que vous ne le pensez, avec plusieurs effets potentiellement nocifs sur l’environnement, notre santé et même à l’intérieur de notre maison.

Mais au fait, c’est quoi les pesticides ?

Les pesticides sont des composés chimiques utilisés pour éliminer les parasites, notamment les insectes, les rongeurs, les champignons et les plantes indésirables (mauvaises herbes). Les pesticides sont utilisés en santé publique pour tuer les vecteurs de maladies, tels que les moustiques, et en agriculture, pour éliminer les parasites qui endommagent les cultures. De par leur nature, les pesticides sont potentiellement toxiques pour d’autres organismes, y compris l’homme, et doivent être utilisés de manière sûre et éliminés de manière appropriée.

Les pesticides ne se résument pas à l’insecticide, au désherbant ou au fongicide. Malheureusement, il y a beaucoup plus que cela. Le produit que vous achetez ou auquel vous êtes exposé est en fait une formulation de pesticide contenant un certain nombre de matériaux, y compris des ingrédients actifs et inertes, ainsi que des contaminants et des impuretés. En outre, lorsqu’ils sont soumis à diverses conditions environnementales, les pesticides se décomposent en d’autres substances appelées métabolites, parfois plus toxiques que la substance mère.

Effets environnementaux

Les pesticides sont connus pour polluer l’environnement. Bien que leurs effets prévus soient souvent de courte durée, des études ont montré que les pesticides chimiques persistaient dans l’atmosphère, le sol et nos voies navigables longtemps après leur usage. Les produits chimiques sont utilisés sur les zones agricoles à travers le monde depuis près de 100 ans, créant une accumulation de pollution néfaste dans notre environnement, et continuant de croître à chaque application.

Malheureusement, lorsque les pesticides sont appliqués sur une surface, ils se déplacent en dehors de leur zone d’utilisation prévue, par l’air, le sol ou l’eau. C’est l’un des moyens couramment utilisés par les pesticides chimiques pour causer des dommages collatéraux, au-delà de leur usage prévu.

Bien que tous les types de pesticides soient connus pour voyager, les produits organiques ont une composition moins nocive, minimisant ainsi voire éliminant les dommages résiduels. Le fait d’appuyer l’utilisation d’agents répulsifs organiques à base de produits alimentaires (œufs de putrescence, capsaïcine, par exemple) aidera à éliminer les pesticides chimiques potentiellement nocifs du marché et, en définitive, des aliments que nous consommons.

La Faune et la Flore

L’utilisation de pesticides affecte les plantes et les animaux. Les produits chimiques réduisent la fixation de l’azote, qui est nécessaire à la croissance de la plante. Une réduction de la fixation de l’azote entraîne une réduction du rendement des cultures, en particulier chez les légumineuses. Lorsque cela se produit, un engrais supplémentaire doit être appliqué aux champs. L’utilisation de pesticides est également directement liée à la population d’abeilles en déclin constant, une espèce vitale pour la pollinisation des plantes.

Les espèces fauniques autres que les plantes et les abeilles sont également affectées par l’utilisation de pesticides. De nombreuses espèces animales peuvent ingérer par inadvertance des pesticides après avoir ingéré des aliments en contact avec des produits chimiques. En raison de leur capacité à être transportés sur de longues distances, ces produits chimiques peuvent également atteindre d’autres écosystèmes et causer des dommages importants. Les pesticides ont été associés à une réduction de la croissance des plantes dans des zones non ciblées, privant les animaux de nourriture. Ces animaux sont ensuite contraints de quitter leur territoire pour se nourrir ou bien meurent faute de nourriture disponible. De plus, les pesticides entrent dans la chaîne alimentaire lorsque les animaux consomment des aliments contaminés par des pesticides. Cela a été observé en Amérique du Nord avec des oiseaux de proie, en particulier des aigles. Ces oiseaux consommaient du poisson contaminé par des pesticides. Le pesticide a subi une bioaccumulation et a été transmis sous une forme plus concentrée aux nouveau-nés de ces oiseaux, les faisant mourir à un jeune âge ou encore en incubant dans l’œuf.

Les plantes, les oiseaux, les poissons, les reptiles, les amphibiens et les mammifères (y compris l’homme) ont tous été affectés par l’utilisation de pesticides. Il semble que ce produit chimique synthétique ait été inventé dans le but d’améliorer et d’accroître les rendements agricoles afin de préserver la santé de la population humaine. Malheureusement, son utilisation a eu des conséquences inattendues et fatales.

Effets sur le sol et les cultures

Lorsque les agriculteurs du monde entier ont commencé à utiliser des pesticides, un changement radical en matière de santé des sols s’est ensuite produit. Lorsque la santé d’un sol est compromise, la valeur nutritionnelle de la nourriture qu’il produit est également compromise. Le gouvernement des États-Unis estime que les niveaux d’oligo-éléments dans les fruits et légumes ont chuté de 76% entre 1940 et 1991. Ce changement est directement lié à l’exposition accrue et généralisée aux pesticides.

Les pesticides chimiques ne nuisent pas seulement à la valeur nutritive de nos aliments, ils les contaminent également. Bien que les pesticides soient conçus pour tuer des organismes vivants, ils ne sont certainement pas destinés à pénétrer dans notre corps. Or, les recherches ont régulièrement mis en évidence la présence de résidus de pesticides dans au moins un tiers des aliments: Aliments pour bébés, pain, barres de céréales, saumon frais, citrons, laitues, pêches, pommes, nectarines, pommes de terre, fraises… La reconversion dans le Bio permet de repartir de zéro avec les sols. La diminution de la contamination chimique du sol crée un «retour à la nature» global, ramenant des nutriments et des organismes utiles, et donnant des produits propres et non altérés.

Effets sur la santé

Les pesticides ont été liés à une myriade de maladies. The Pesticides Literature Review, qui repose sur des études menées par une équipe de recherche multi-universitaire à Toronto, conclut: « les gens devraient réduire leur exposition aux pesticides en raison de leurs liens avec des maladies graves comme le cancer, les maladies du système nerveux et les problèmes de reproduction ».

Des recherches similaires ont établi un lien entre l’exposition aux pesticides et la présence accrue de troubles neurologiques, de la maladie de Parkinson, de leucémie infantile, de lymphome, d’asthme, etc. La progression vers les répulsifs biologiques est une étape logique pour potentiellement aider à réduire les risques de maladies ou d’accélération de la maladie.

Des restes de pesticides ont été trouvés dans le sang de personnes atteintes de cancer. Le fait est que les vitamines et les minéraux présents dans les produits bio protègent des maladies chroniques. Cependant, les pesticides perturbent cette qualité nutritionnelle. James Cleeton affirme que « les femmes atteintes d’un cancer du sein ont cinq à neuf fois plus de risques d’avoir des résidus de pesticides dans leur sang que celles qui n’en ont pas. Il y a un lien apparent entre certains cancers et les produits chimiques perturbant le système endocrinien tels que le 2,4 D et l’atrazine (deux herbicides) ».

Chez les enfants, l’exposition accidentelle à de fortes concentrations de pesticides est associée aux cancers chez l’enfant, au trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH) et à l’autisme. Une étude portant sur 1 139 enfants a révélé une augmentation de 50 à 90% du risque de TDAH chez les enfants présentant les taux de pesticides dans l’urine les plus élevés, par rapport à ceux ayant les taux d’urine les plus bas. Une étude sur les pesticides utilisés dans le jardinage a montré que l’utilisation de la roténone était associée à la maladie de Parkinson.

Pollution intérieure

William Baue, de la Children’s’s Environmental Coalition, a déclaré: « Tandis que de nombreux pesticides se décomposent rapidement lorsqu’ils sont exposés à la chaleur et à la lumière extérieures, dans un environnement intérieur, ils peuvent persister, parfois pendant des années, dans des fibres de tapis, des meubles et des jouets rembourrés. »

L’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a constaté que les niveaux de polluants intérieurs peuvent être de deux à cinq fois plus élevés que ceux trouvés à l’extérieur. En fait, l’EPA classe la pollution de l’air intérieur parmi les quatre principaux risques pour la santé liés à l’environnement aux États-Unis. Les particules microscopiques et les gaz invisibles peuvent s’accumuler dans votre maison sans être détectés jusqu’à ce que vous remarquiez les effets pervers. Le passage à l’agriculture biologique peut aider à réduire considérablement ces polluants de l’air intérieur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :